Ambohimitombo

Villes

Identité

Intérêt

Présentation

Située au centre ouest de Madagascar, Ambohimitombo, accessible en 4×4 à partir d’Ambositra, est une des communes de départ avec Antoetra pour partir en randonnée découvrir le pays Zafimaniry.


Nom officiel

Ambohimitombo


Description

Type

Nombre d'habitants estimation haute

20 000

Nombre d'habitants estimation basse

14 000


Température annuelle moyenne

19.1°C

Température maximale

21.8°C

Température minimale

14.8°C


Pluviométrie annuelle moyenne

832.3 mm

Pluviométrie maximale

159.4 mm

Pluviométrie minimale

10.4 mm


Situation

Altitude maximale

1300 m

Altitude minimale

1210 m


Directions distances voies orientation

Imerina-Imady - 32 Km - Piste - Nord

Ambositra - 43 Km - Piste - Nord-Ouest

 


Situation géographique

De Ambositra, il faut compter deux heures de voiture pour accéder à Ambohimitombo. Les plus téméraires peuvent s'y rendre à pied en passant par les villages d'Imady, avant de traverser pendant 3 heures une très belle forêt dense.


Catégories de rattachements

Régions
  • Région d'Antoetra

Environnement

Types de paysage
  • Champs de culture
  • Colline
  • Crête de colline
  • Fôret
  • Montagne
  • Vallée

Végétation

Orchidées sauvages, plantes grasses, cultures de maïs et de manioc, rizières.


Climat

Histoire

Anecdotes

L'histoire des chaises Zafimaniry

L'histoire de la chaise Zafimaniry

En 1925, il pleuvait tellement fort dans la région des villages Zafimaniry que les rats sont sortis des bois et sont venus manger tout ce qui se trouvait sur leur passage : le riz, le manioc. Puis les rongeurs ont commencé à s'attaquer aux maisons ce qui a provoqué la panique chez les habitants Zafimaniry. Un père missionnaire qui travaillait dans le district a donc décidé de les aider. Il a apporté des volets sculptés à l'Université d'Antananarivo. Beaucoup de gens ont trouvé les volets très beaux et en ont commandés. A partir de là, les Zafimaniry ont commencé à échanger des volets contre du riz puis une association commerciale a été créée. Des grandes ventes ont alors été organisées deux fois par an à Antananarivo, place Gaulette (il reste aujourd'hui encore un dépôt au collège Saint-Michel). Quelque temps plus tard, dans un catalogue norvégien, l'ambassadeur de France de l'époque est tombé en arrêt devant un modèle de chaise. Il a demandé au père Louis de la faire fabriquer par les Zafamaniry. Et en 1949, la première chaise Zafimaniry (en palissandre, au dossier incliné perpendiculaire) a été commandée. Aujourd'hui, elle est exportée dans le monde entier.

La maison du chef du village

Elle est comme celle des autres, elle n’a pas de cheminée. Du coup, c’est noir et enfumé car les repas sont cuisinés à l'intérieur de l'habitat. Un coin de la pièce (unique) sert de lieu pour la vie, les repas (le soir on déroule les nattes), un autre sert à faire la cuisine, un autre angle contient les jarres d’eau et dans le dernier il y a les animaux.


Social

Ethnies et communautés

La communauté des Zafimaniry est la dernière dépositaire d’une culture originale de travail du bois, très présente auparavant à Madagascar. Les Zafimaniry sont arrivés dans cette région boisée au dix-huitième siècle pour échapper à la déforestation qui ravageait à l’époque la majeure partie du pays. Aujourd’hui, environ 25 000 Zafimaniry vivent dans une centaine de villages et hameaux dispersés dans les montagnes de la région. 


Artisanat

La tradition artisanale Zafimaniry témoigne du rôle central du bois dans tous les aspects de la vie et de la mort. La maîtrise de la foresterie et de la sculpture sur bois transparaît dans les constructions et les objets de la vie quotidienne. Pratiquement toutes les surfaces en bois (murs, fenêtres, poteaux, poutres, tabourets, coffres, outils) sont richement travaillées. Les Zafimaniry utilisent vingt espèces d’arbres endémiques, adaptées chacune à un type de construction ou à une fonction décorative spécifique. 
Les motifs géométriques extrêmement codifiés montrent les origines austronésiennes de la communauté, mais aussi les influences arabes qui imprègnent la culture malgache. Si le nombre de motifs est limité, la créativité des artisans est telle qu’il n’y a pas deux objets pareils.


Art et culture

Le savoir-faire du travail du bois des Zafimaniry a été inscrit en 2008 sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l'Unesco.


Valeurs, traditions et coutumes

Les habitants de Ambohimitombo comme tous les Zafimaniry, sont très attachés à leurs traditions. L'organisation de leur maison répond par exemple à des codes bien précis : les angles de leur maison correspondent à des directions sacrées et le pilier central qui est gravé symbolise le foyer. Ils vivent également sous l'autorité des anciens et le chef du village a une place très importante.

La richesse des motifs que l'on retrouve sur les maisons Zafimaniry ou dans les objets de tous les jours est un témoignage de leurs croyances et de leurs valeurs. Par exemple, le tanamparoratra (toile d’araignée) représente les liens familiaux, tandis que le papintantely (rayon de la ruche) symbolise la vie communautaire. Les ornements donnent également des indications sur le rôle et la position sociale des individus au sein de la communauté.


Activités économiques

Depuis des dizaines d'années, les Zafimaniry vendent des statuettes et des objets décoratifs ou usuels dans les villes des alentours pour assurer leur survie. Mais la déforestation met en péril sa principale source de revenus.

Agriculture : manioc, maïs, pomme de terre, légumes.


Commentaires

Impressions et ambiances

La ville est accrochée à une pente: la vue le matin est superbe, avec les bandes de brouillard sur la forêt tropicale.


Préjugés

Chez les Zafimaniry, les familles qui ne mangent pas de sora - un genre de hérisson -, car c'est fady, sont de souche noble.


Remarques

L'agencement de la case d'un Zafimaniry répond à un code bien spécifique. On entre par le coin sud-ouest de la maison, orienté vers le soleil couchant pour garder la chaleur de l'après-midi. A l'intérieur, tout tourne autour du pilier central symbolisant le père et au pied duquel se trouve toujours le foyer surmonté d'une marmite, symbole d'union. Mais le coin le plus sacré est l'angle nord-est. C'est celui où l'on prie les ancêtres et celui aussi où est installé le lit du maître de maison.


Explorer

Activités possibles

Si vous êtes un bon randonneur,  la belle forêt de Vohibola qui se trouve à une heure de marche de Ambohimitombo, et de la chute d’Itazonana qui fait 120 mètres sont de très belles balades.