Epave du Serapis (L')

Sites

Identité

Intérêt

Présentation

Localisée officiellement à Madagascar en 1999 par l'archéologue américain Dick Swete, l'épave du Serapis repose par 22 mètres de profondeur dans les eaux de Sainte Marie. Ce navire britannique armé de 44 canons a sombré en 1781 en raison d'un incendie. L'épave est aujourd'hui un magnifique site de plongée très apprécié des amateurs.


Nom officiel

Epave du Serapis (L')


Significations locales

Le Serapis est baptisé d'après le dieu Serapis qu'on retrouve dans la mythologie égyptienne et grecque.


Description

Type

Fonction dominante
Spécificités
  • Archéologique
  • Maritime

Température annuelle moyenne

24.3 °C

Température maximale

28 °C

Température minimale

22 °C


Pluviométrie annuelle moyenne

272 mm

Pluviométrie maximale

498 mm

Pluviométrie minimale

75 mm


Durée

01:00:00


Situation

Coordonnées gps WGS 84

Latitude : -16.99922
Longitude : 49.84294


Altitude minimale

- 22 m


Situation géographique

A 11 km en face d'Ambodifotatra à Sainte Marie, vous trouverez les vestiges du Serapis.


Accès

Nom de la ville

Ambodifotatra


Catégories de rattachements

Pays
  • Madagascar



Acteurs historiques

Environnement

Paysages

Autour des vestiges du Serapis (boulet de canon, ancre...) s'est développée une vie marine qui crée du coup un tout nouveau paysage.


Espèces animales

En plus des coraux, vous trouverez des rascasses volantes, des syngnathes, des poissons globes, des crevettes nettoyeuses et plusieurs types de coquillages.


Climat

Histoire

Historique

Premier voyage du Serapis

Armé de 44 canons, le HMS Serapis, un vaisseau britannique, part pour la première fois en mer en 1779 en guerre d’indépendance Américaine. Sa mission : escorter 40 bateaux marchands anglais qui reviennent de la mer Baltique. En mer du Nord, près de Flamborough Head en Angleterre, la flotte est attaquée par le capitaine John Paul Jones et son navire de guerre américain Bonhomme Richard. Après une âpre bataille, le Serapis est capturé par Jones qui se l'approprie malgré que le bateau soit fortement endommagé. Dix jours de navigation plus tard et un mât de fortune gréé et voilà que le Serapis atteint Texel en Hollande où il est réparé.

L'explosion du Serapis

Devenu français en 1781, le Serapis est réarmé et envoyé dans l'Océan Indien sous les ordres du lieutenant de vaisseau Roche. Lors d’une escale à Sainte Marie, une explosion abîme fortement la coque et fait rapidement sombrer le navire devant le port. Il restera oublié près de 200 ans.

La localisation de l'épave

En 1999, l’archéologue et historien américain, Richard Swete, passionné par John Paul Jones, vient à Madagascar dans le but de retrouver le Sérapis. Après trois expéditions à l’île Sainte Marie, il localise enfin l'épave en trouvant une ancre immense, plusieurs canons et bien d'autres objets. L'année suivant, Richard Swete décède. Coup dur pour son équipe qui décide de poursuivre le travail. Son assistant, Michael Tuttle, prend sa suite et en 2004, avec une équipe de plongeurs, il revient à Sainte Marie pour faire de nouvelles fouilles. Une boîte en cuivre est remontée de l'épave.


Anecdotes

La réplique de Jones devenue célèbre

Au début de la bataille en mer qui opposa le Serapis au Bonhomme Richard, la victoire du premier navire semblait acquise. Du coup, son capitaine, sûr de lui, appela le capitaine Jones qui dirigeait le vaisseau américain, et lui demanda si lui et son équipage voulait se rendre. Jones répondit une réplique qui est passée à la postérité : "Amener mon pavillon ? je n'ai pas encore commencé à me battre !"

Une explosion due à de l'eau de vie !

Il est 14 heures ce 31 juillet. Le lieutenant Lheritier, second du bateau, descend dans les cales afin de préparer la ration quotidienne d'eau de vie pour l'équipage. Bien que cela soit interdit, il demande à ce qu'on lui amène une bougie afin d'y voir voir plus clair. C'est alors qu'il laisse tomber un bout de chandelle dans l'entonnoir qu'il utilise. L'eau de prend feu immédiatement. Les flammes engloutissent très vite toute la cale. Malgré les effort du capitaine Roche , qui dès qu'il a appris la nouvelle est remonté à bord, le feu atteint le stock de poudre et fait exploser le bateau qui coule sur-le-champ.

De drôles de compagnons près de l'épave du Serapis

Lors de la découverte de l'épave du Serapis, un hippocampe appelé Caroline par les habitués et un mérou faraud, affectueusement nommé George le gardien, accompagnent amicalement les plongeurs tout au long de la plongée.


Explorer

Particularités

Cinq immenses canons, des boulets de canon et des bouteilles de rhum ainsi qu'une immense ancre marquent aujourd'hui l’emplacement du naufrage du navire Le Serapis


Activités possibles

Une plongée en bouteille.