Bagne de l'îlot Madame (Le)

Sites

Identité

Intérêt

Présentation

Aujourd'hui disparu, le bagne de l'îlot Madame accueillait, au XIXe siècle, les esclaves reconnus comme dangereux, les plus indociles et ceux qui troublaient la quiétude des habitants de l'île Bourbon (la Réunion actuelle). Son emplacement correspondrait à l'actuel terrain de sport qui se trouve sur la partie ouest de l'îlot Madame.


Nom officiel

Bagne de l'îlot Madame (Le)


Description

Type

Fonction dominante

Situation

Coordonnées gps unités locales

Latitude : 17°0'17.564''S
Longitude : 49°50'40.146''E


Altitude minimale

2 m


Situation géographique

Selon toute vraisemblance, l'ancien bagne de l'Îlot Madame se trouvait à l'endroit même où se situe aujourd'hui le stade de football.


Directions distances voies orientation

Loukintsy - 100 m / 18 Km / Rue / RNS 21 - Nord-Est
Ambodifotatra - 100 m / 1 km / Rue /  RNS 21 - Nord-Est
Ravoraha - 100 m / 10 Km / Rue / RNS 21 - Sud-Est


Catégories de rattachements

Environnement

Climat

Histoire

Historique

Le type d'esclaves envoyés au bagne

On peut esquisser à grands traits les catégories d'esclaves particulièrement visées par la mesure administrative de "déportation".
Le premier lot relève de l'"infrastructure politique". Exemple: les esclaves qui ont joué un rôle dans le complot de Saint Benoît et le complot de Saint André.
Le deuxième ensemble est constitué des esclaves reconnus coupables d'une voie de fait contre une ou plusieurs personnes de condition libre.
Le dernier groupe des envoyés, quantitativement le plus important, rassemble les esclaves condamnés pour des infractions commises contre d'autres esclaves ou pour de très graves atteintes aux propriétés.

D'une manière générale, le nombre des envoyés à Sainte Marie est peu important. En 1841, on comptait 32 esclaves incarcérés au bagne de l'îlot Madame.

La fin du bagne

L'envoi des esclaves "noirs les plus indociles" de l'île Bourbon au bagne de l'îlot Madame prend fin avec l'application du décret du 27 avril 1848 qui abroge par ailleurs toutes les mesures administratives prises antérieurement contre les esclaves. Le bagne gardera cependant sous écrou pour quelques années encore quatre envoyés qui ont dû exécuter jusqu'à terme leur peine privative de liberté avant d'être définitivement libérés. Par la suite, la prison est utilisée par les agents de l'administration civile et militaire de Sainte Marie comme un "atelier de discipline" à l'intention des affranchis et des autochtones qui troublent l'ordre public.
Le dernier bagnard quitte le bagnard de l'îlot Madame en 1852.

 


Anecdotes

Complot de Saint Benoît

En 1832, des rumeurs d'agitation circulent à Saint Benoît situé sur l'île Bourbon. Cela suffit à créer la peur dans toutes les parties du quartier. Résultat, les habitants des hauteurs et ceux de la Plaine viennent se réfugier au centre du quartier, abandonnant leur propriété, leur exploitation et leur atelier. Informés de la situation, Monsieur le Procureur du roi et le juge d'instruction reçoivent l'ordre de se rendre immédiatement sur les lieux. Ils font arrêter quarante noirs et en entendent plus de cent. A l'issue du procès, le 4 août 1832 quatre esclaves sont condamnés à la peine capitale mais le gouvernement local s'alarme très tôt de l'"influence nuisible" de cinq autres complices de l'affaire, condamnés chacun seulement à une année de chaîne dans le geôle de Saint-Denis.
Du coup, un Conseil privé se réunit et après délibération, le gouverneur Étienne Duval d’Ailly annonce le 24 octobre 1832 : l’envoi à Sainte-Marie pour 5 années de Charles, « vingt ans, créole et noir de pioche », esclave du sieur Zanudis, et de Pierre-Louis, « vingt-cinq ans, créole et tourneur », esclave du sieur Nègre de Sainte-Croix. Quant à Félix, « créole, trente ans et charpentier », esclave du sieur Despressis, Mottet,« malgache âgé de trente ans et cuisinier », esclave du sieur Serré, et Jean, « créole, quarante ans, chef charpentier de profession », esclave du sieur Auguier, ils sont expulsés du territoire pour 3 ans .

Complot de Saint-André

Le complot de Saint-André émerge aussi dans un contexte politique tendu qui s'inscrit dans la lignée des principaux troubles remarqués dans les autres complots serviles. En effet, à cette époque la Réunion s'inquiète car l'ancienne île soeur, Maurice qui est restée anglaise, vient d'émanciper ses esclaves par décision du parlement anglais.

Conséquence, le 3 août 1836,  la cour d’assises de l’arrondissement de Saint-Denis condamne à une année de chaîne Jean François, « commandeur, créole, âgé de quarante neuf ans », esclave du sieur Pèdre, Montrose, « créole, domestique, âgé de quarante deux ans », esclave du sieur Delozanne demeurant à Saint-Denis, Théodose, « créole, cordonnier, âgé de quarante six ans », esclave du sieur Déterville, et Alphonse, « créole, commandeur, âgé de vingt huit ans », esclave de la dame veuve Hubert demeurant à Saint-Benoît, et elle les envoie dès le 9 août 1836 vers Sainte-Marie.
Comme pour les « comploteurs de Saint-Benoît », le gouvernement local redoute en fait leur influence sur les autres détenus de la geôle de Saint-Denis pendant leur incarcération puis sur l’ensemble de la population servile après leur « libération ».


Social

Espaces bâtis et architecture

Dans les premiers temps, les envoyés de la Réunion ont été hébergés dans une "cabane de fortune" surnommée aussitôt le bagne. En raison du nombre croissant de bagnards envoyés à l'îlot Madame - surtout après l'arrivée courant novembre 1832 des condamnés et inculpés du "complot de Saint-Benoît" - la construction d'un bâtiment plus adapté est nécessaire. Ce qui sera fait le 31 janvier : Jean Jacques Jallier fait construire un nouvel édifice. Il s'agit d'une simple bâtisse en granit sans étage de 12 mètres sur 7. La structure est composée de quatre pièces de 20 m2 dont deux font office de greffe et de corps de garde pour le personnel de surveillance et les deux autres de dortoir pour les détenus.


Ethnies et communautés

Le Bagne de l'Îlot Madame a surtout concerné des esclaves de la Réunion, ce n'est qu'à la fin de son activité de bagne qu'il a été utilisé pour les autochtones.


Valeurs, traditions et coutumes

Les bagnards étaient assujettis à dix heures de travail quotidien.


Activités économiques

Les bagnards étaient tout d'abord utilisés pour le travail d'entretien des voies de communication. Les talents de certains, charpentiers ou encore maçons, ont été également mis à profit pour la construction ou la rénovation de bâtiments publics (magasins, hôpitaux, casernes, etc.).


Commentaires

Période

Températures

Saison fraîche : 16 mai au 31 Octobre
Saison chaude : 1 novembre au 15 mai

Précipitations

Saison humide : 15 Décembre au 2 Mai
Saison sèche : 3 Mai au 14 Décembre

Nuages

Saison couverte : 24 Novembre au 11 Avril
Saison claire : 12 Avril au 23 Novembre


Tendances et évolution

Le bagne de l'Îlot Madame n'existe plus, il n'y a plus aucune trace.


Télécommunications et finances

Internet

Il vous sera possible de vous connecter à Internet en vous rendant dans un hôtel.