Fortineau Auguste Monseigneur

Acteurs historiques

Identité

Intérêt

Présentation

Personnage religieux important de Madagascar pendant la première moitié du XXe siècle, Monseigneur Fortineau a été l'un des principaux pionniers de l’expansion missionnaire sur la Grande Ile. Pour honorer sa mémoire, une stèle a même été érigée en sa mémoire à Ambodifotatra.


Nom officiel

Fortineau Auguste Monseigneur


Lieu de naissance

Machecoul en France


Lieu de décès

Machecoul en France


Description

Type

Homme


Spécificités

Catégories de rattachements

Pays
  • Madagascar

Environnement

Climat

Histoire

Biographie

De l’enfance à l’ordination

Auguste Fortineau a grandi au sein d’une famille de cultivateurs profondément chrétienne. Ayant perdu son père à l’âge de deux ans, c’est surtout sa mère qui s’est chargée de son éducation. A l’école, il s’est surtout démarqué par sa belle mémoire, la solitude de son jugement et le brillant de sont imagination, talents qui lui ont fait faire des progrès rapides. Après des études dans un collège tenu par des Frères de Saint-Gabriel, il fait son lycée à Notre-Dame. des Coëts à Nantes.
En 1891, il est reçu au Grand Séminaire. Après des études philosophiques, il effectue son service militaire. Ce temps de la caserne fait naître en lui le désir de se dévouer au service des missions. Encouragé par son directeur de séminaire, il frappe à la porte de la congrégation du Saint Esprit à Chevilly. Trois ans plus tard, plus précisément le 10 juillet 1898, il fait sa consécration à l’apostolat.

Auguste Fortineau à Madagascar

Le jeune père Fortineau débarque à Diégo le 5 octobre 1898 comme aumônier de l'hôpital militaire. Il y séjourne presque un an avec comme tâche primordiale l’étude de la langue malgache. Par la suite, avec le Mgr Corbet et le père Roupnel, il rejoint Fénérive, région de la girofle, située 600 km plus au sud. Ils y fondent la première mission de brousse du diocèse. La mission de Fénérive Est s’étendait sur une très grande superficie.
L’œuvre du père Fortineau à Fénérive est décisive non seulement dans l’évangélisation mais aussi dans le développement de cette partie de l’île. Quand il débarque en 1900, il n’y a rien. A son départ, 14 ans plus tard, il laisse une des missions les plus florissantes du pays : construction d’une église et de plusieurs bâtiments, le tout fort présentable, ouverture de deux écoles.
En 1914, l'évêque de Diego, qui a eu connaissances des succès de Fortineau, le rappelle et le nomme curé de la cathédrale. Quelques mois plus tard, après le décès de Mgr Corbet, Fortineau est nommé évêque de Diégo-Suarez par Rome. Les débuts de son administration sont compliqués à cause du manque de missionnaires mobilisés avec la guerre de 1914. Finalement, malgré les difficultés et grâce à beaucoup de temps passé sur le terrain, il réussit à ne pas faire régresser la religion catholique à Madagascar
En 1946, il donne sa démission mais continue à administrer son vivcairiat jusqu'à l'arrivée de Monseigneur Wolff, son successeur, l'année suivante.

Retour en France

Après 49 ans de présence à Madagascar, il revient au près des siens à Machecoul, sa paroisse natale, en 1947. Il meurt en douceur entouré de sa famille le 9 février 1948. Il a 75 ans.


Anecdotes

Un journal de Vendée, région dont est originaire Fortineau, s'est rendu compte que le collège, aujourd'hui fermé, fréquenté par le religieux, a été très prolifique pour l'Eglise : en effet, il lui a donné de nombreux prêtres et plusieurs évêques, Monseigneur Fortineau étant le sixième.Un joli score pour une petite école de village !

En novembre 1900, le père Fortineau effectue en compagnie de l’administrateur Faucon un voyage d’exploration et de reconnaissance en région du lac Alaotra. Fortement impressionné par la population locale, il leur fait la promesse d’y revenir plus tard. Ce qui fait effectivement en 1907. Lors de ce second voyage, il baptise une enfant à Imerimandroso le 21 juillet 1907 puis sept autres à Ambatondrazaka le 25 et 26 juillet.


Documents

Citations

Preuve de la vocation de Fortineau pour être missionnaire. Voici ce qu'écrivait à son propos en 1895 le supérieur du grand séminaire de Nantes : "M. Fortineau est un bon séminariste à tous points de vue. Il a, en particulier dans la vie courante, des ressources qui lui permettront d'être un excellent missionnaire."


Explorer

Particularités

Le nombre incroyable de missions que Monseigneur Fortineau a fondé ou qu'il a fait fonder par ses collaborateurs : après Fénérive et tout le travail accompli (églises, écoles...), Antalaha en 1921, Ambilobé en 1927, Maroantsetra en 1929, Vohémar en 1933, Sambava en 1935, Sainte Marie en 1936, Andapa en 1941 pour ne citer qu'elles.